SixSigma

Emanation des théories du management de la qualité qui ont marqué la deuxième moitié du XXème siècle, le SixSigma se présente comme une méthodologie structurée de maitrise de la qualité visant à maximiser la capabilité d’un procédé de production de bien ou de service. La méthode SixSigma a été inventée en 1987 par les équipes qualité de Motorola. Le terme « Sigma » fait référence à la variabilité statistique, ou écart type, d’un indicateur (poids, dimensions d’un produit ou encore durée d’une tâche dans les services) jugé pertinent pour rendre compte de la qualité d’un procédé de production de biens ou de services par rapport à des limites de tolérance prédéfinies. Maximiser la capabilité d’un procédé, ou son aptitude à maintenir dans le temps un niveau de qualité respectant les limites de tolérance, revient à minimiser la variabilité de l’indicateur de mesure retenu au point d’avoir un niveau de non-conformité proche de zéro (3,4 défauts par million dans des limites de tolérance correspondant à six fois l’écart type). Pour atteindre cet objectif « zéro défaut », la méthode SixSigma propose une démarche cyclique en cinq étapes (Define, Mesure, Analyse, Improve, Control) s’appuyant sur une organisation projet ad-hoc.

Avis de l’Observatoire : Le caractère novateur de la méthode SixSigma fait encore débat aujourd’hui dans la mesure où les outils, principes et techniques qui y sont proposés sont d’inspiration très voisine de ceux mis en avant par des approches qui lui sont antérieures comme le Total Quality Management (TQM). Sur le plan instrumental, le SixSigma apparait comme une sophistication des techniques de Maitrise Statistique des Procédés (MSP) mises en œuvre selon une méta-routine cyclique en cinq étapes étrangement ressemblante à la « Roue » que proposait Deming dans les années 50. Sur le plan organisationnel, bien que les prérogatives, les rôles et le pouvoir de décision ne soient pas exactement les mêmes entre les deux structures, un rapprochement peut être fait entre l’équipe projet SixSigma et les cercles de qualité dans ce que ces deux dispositifs ont de commun en termes de finalité. Pour résumer, on pourrait donc dire de la méthode SixSigma qu’elle est une sorte d’assemblage harmonieux de principes, techniques et outils de management de la qualité qui se déploie selon une démarche et une organisation projet qui lui sont propres.

Recent Posts

Tous droits réservés ©2020 Observatoire de l'Innovation Managériale - Mentions légales 

  • Grey Twitter Icon